La vente directe c'est bon pour la santé et pour le porte-monnaie (et pour le petit producteur) !

Association des Amap du Croissant / Bottière

L’Association des Amis des Amap du Croissant (AAAC) existe depuis septembre 2009 grâce à l’action conjointe des familles désireuses de se mettre en relation directe avec les petits producteurs de la région et ceux-ci. Vous êtes les bienvenus !

Vous trouverez ici toutes les informations mises à jour régulièrement sur toutes nos Amaps… Tous nos rendez vous sur la rubrique « Agenda » !

Les membres du bureau et les coordinateurs vous souhaitent d’y trouver votre bonheur parmi toutes les Amap proposées et vous invitent à nous rencontrer TOUS LES JEUDIS DE 18H A 19H30 : si vous avez des questions ou si vous voulez juste voir comment cela se passe, vous êtes les bienvenus !

Il vous est donc possible de signer un contrat avec une ou plusieurs Amap, selon le produit de votre choix !

Avoir la chance de rencontrer chaque semaine vos producteurs, découvrir leurs conditions de travail, leur montrer de l’intérêt, cela n’a pas de prix. Nous allons aussi leur rendre visite régulièrement en pratiquant le covoiturage car notre choix de consommer en Amap est un véritable engagement en terme d’impact sur l’environnement et de relations humaines. Alors à très bientôt !…

visuel AMAP

Partenaires de l’Amap du Croissant

  


carte amap du croissant—————————————————————————————————————————

LES DIX PRINCIPES DE L’AGRICULTURE PAYSANNE

PRINCIPE N° 1 : REPARTIR LES VOLUMES DE PRODUCTION AFIN DE PERMETTRE AU PLUS GRAND NOMBRE D’ACCEDER AU METIER ET D’EN VIVRE.
PRINCIPE N° 2 : ETRE SOLIDAIRE DES PAYSANS DES AUTRES REGIONS D’EUROPE ET DU MONDE.
PRINCIPE N° 3 : RESPECTER LA NATURE.
PRINCIPE N° 4 : VALORISER LES RESSOURCES ABONDANTES ET ECONOMISER LES RESSOURCES RARES.
PRINCIPE N° 5 : RECHERCHER LA TRANSPARENCE DANS LES ACTES D’ACHAT, DE PRODUCTION, DE TRANSFORMATION ET DE VENTE DES PRODUITS AGRICOLES.
PRINCIPE N° 6 : ASSURER LA BONNE QUALITE GUSTATIVE ET SANITAIRE DES PRODUITS.
PRINCIPE N° 7 : VISER LE MAXIMUM D’AUTONOMIE DANS LE FONCTIONNEMENT DES EXPLOITATIONS.
PRINCIPE N° 8 : RECHERCHER LES PARTENARIATS AVEC D’AUTRES ACTEURS DU MONDE RURAL.
PRINCIPE N° 9 : MAINTENIR LA DIVERSITE DES POPULATIONS ANIMALES ELEVEES ET DES VARIETES VEGETALES CULTIVEES.
PRINCIPE N° 10 : RAISONNER TOUJOURS A LONG TERME ET DE MANIERE GLOBALE.

POUR INSCRIRE L’AGRICULTURE DANS LE DEVELOPPEMENT DURABLE

———————————————————————————————————————-

Un peu d’histoire :

Dans les années 60, Au Japon, naissance des premières « Teikei » qu’on peut traduire par « mettre le visage du paysan sur l’aliment ». Suite à une grave pollution au mercure, des mères de famille se regroupent et passent un contrat avec un agriculteur. En échange de la garantie d’achat de la production, le paysan s’engage à cultiver sans produits chimiques.
A la même époque en Allemagne, en Autriche et en Suisse des expériences
similaires se développent.
En 1985, première CSA « Community Supported Agriculture » dans la région
de New York. Le mouvement se développe et se répand jusqu’au Canada,
puis en Grande Bretagne.
En 2001, lancement de la première AMAP en France.

————————————————————————————————————————-